Cosy Sweet Boudoir, version adulte.

Patron pour enfant et bébé de Vanessa Pouzet que j’ai ici adapté pour taille adulte.

J’ai longuement hésité sur un point : poser l’élastique dans le dos comme indiqué sur le patron (logique car c’est un vêtement pour enfant… et un enfant, ça grandit vite) ou couper quelque chose d’ajusté et placer une fermeture éclair invisible (chose encore jamais faite).
J’ai finalement opté pour la version élastique car en ajustant j’avais peur de perdre l’effet « romantico-bouffant-volanté » et aussi parce que, avouons-le, Georgette et moi n’avions pas envie de relever trop de défis dans ce patron.

Je suis partie de la taille 11/12 ans dessinée par Vanessa Pouzet et j’ai ajouté 3 cm partout sauf devant où j’ai dû faire différemment : 3 cm au niveau des jambes et de l’entrejambe mais 0 cm au niveau de la taille que j’ai fait rejoindre par une diagonale. (sans cette bidouille, mon vêtement baillait. Ce qui est plutôt bon signe : je n’ai plus le ventre bien rond que l’on a enfant !)
Avec cette petite bidouille au niveau du devant, j’ai donc également dû redessiner les pinces pour qu’elles suivent cette fameuse diagonale.
J’ai ensuite décidé de sauvagement couper 3,5 cm en haut car c’était un peu trop taille haute à mon goût.

Mon tissu étant épais (une sorte de fin velours non côtelé récupéré chez mémé), j’ai suivi les instructions du Cosy Boudoir.

Et puis, l’idée des bretelles m’a vite traversé l’esprit. J’avais récupéré dans les affaires de maman 3 boucles pour bretelles à boutons.

Mes bretelles ne sont pas réglables car je n’avais pas de boucles de réglage ni de croisillon mais ce n’est pas grave, elles n’iront qu’avec ce short ! (et puis coudre des boutons sur tous mes vêtements ne me serait, de tout façon, pas venu à l’esprit !)
Pour la partie du dos, j’ai mis un élastique à l’intérieur du tissu comme c’est expliqué dans cette vidéo (à partir de 3:57). ça permet aux bretelles de mieux suivre nos mouvements.

Le short est chaud et confortable. Et si il y a des jours où je ne suis pas d’humeur à assumer pleinement mes bretelles, l’option « sans rien » est carrément passe-partout.

Par contre l’option ceinture est vraiment ridicule !