Stand guitare emmitouflé.

Un peu de laine autour du cou pour passer un hiver tout en douceur.

Alternative au film étirable.

Les couvercles en tissu sont une bonne alternative au film étirable.

Il suffit de couper un rond de tissu, de poser un biais et de passer un élastique à l’intérieur de ce biais.

J’ai fait trois couvercles :
– un pour le mélange de céréales du matin,
– un pour les petits creux (fruits secs, graines,…)
– et un qui ne sert que ponctuellement pour protéger une fin de gâteau, de crumble ou autres mets délicats.

Depuis que j’utilise ces couvercles en tissus, je n’ai constaté aucun changement gustatif. Mais ce qu’ils renferment est tellement convoité que ça n’a peut-être pas le temps de se perdre !

se-separer-du-film-etirableJ’ai lu que si on voulait recréer l’effet collant du film étirable, il fallait passer le tissu au four avec de la cire d’abeille. Je n’ai pas encore tenté l’expérience mais je garde l’idée en tête pour les prochains couvercles !

Pour les étiquettes, j’ai utilisé de la peinture à tissu, c’était mon premier essai et je n’avais pas de pinceau : j’ai utilisé une mine de crayon de bois… Mais je suis quand même contente du résultat !

Coudre un drap-housse.

Dans le genre moche mais efficace, je vous présente le drap-housse.

C’est loin d’être palpitant à faire mais c’est rapide et utile !

On me donne beaucoup de tissus depuis que je couds. Dans le lot il y a beaucoup de drap blanc. Je préfère ne pas compter mais à vue de nez je dirais que je n’ai pas loin d’1 km² de drap blanc, héhé !

Compter 1,5 draps classiques pour 1 drap-housse :

J’ai regardé cette vidéo avant de commencer à coudre. Sauf que je n’ai fait aucune mesure : Pour être sûre que ça fonctionne, j’ai préféré épingler mes angles à même le matelas (en posant l’endroit du drap contre le matelas) et puis aussi, soyons honnêtes, parce que je trouve ça pénible de mesurer quelque chose au-delà de 2 mètres…

Yurt Sweet Yurt.

Après avoir vu cette petite merveille, j’avais moi aussi envie de faire un petit cadre en crochet.

Comme l’indique Nana Fafo, il suffit d’un pot de fromage blanc, d’un peu de carton et de la laine ! C’est la première fois que je crochetais autour d’un support, j’ai réussi à comprendre le truc grâce à ces images de chez petitlapindepices.

Concernant le point utilisé, j’ai copié sur Séverine : il s’agit de ce point-là.
Pour éviter que ça ne gondole de trop, j’ai modifié le rang n°3 : 7 brides, sauter 2 mailles, 1 maille coulée et sauter 2 mailles.

Cactus en fleur.

J’aime bien offrir une plante verte à l’occasion d’une crémaillère. Maxime n’ayant pas la main encore très verte, il fallait un truc increvable.

Un cactus, qui plus est en laine, me semblait idéal.

J’ai suivi ce tuto de Be Senseless. Dans ce tuto, la plante est présentée dans un pot de 4 cm de diamètre. Je voulais un cactus un peu plus gros car le diamètre de mon pot s’approchait plutôt des 8 cm de diamètre.

Mes modifications :
Rang 7 à rang 10 : j’ai continué les augmentations pour avoir un total de 60 mailles.
Rang 11 à rang 20 : une maille serrée dans chacune des 60 mailles.
Rang 21 à rang 28 : diminutions progressives jusqu’à arriver à 12 mailles.

Au final, la hauteur de mon cactus fait un peu plus de 9 cm (10 cm avec sa fleur).

Pour la fleur en crochet, j’ai suivi cette vidéo de chez Crochet Cocoon.

Week-end insolite.

Georgette et moi on a participé, le temps d’un week-end, à la fabrication de la toile intérieure d’une yourte (The yourte).

Bobi aussi était de la partie !

Bobi aussi était de la partie !

Georgette a avalé des mètres et des mètres de tissu tout le week-end. L’atelier n’était pas chauffé mais elle a tenu bon !
Elle nous a fait un peu peur, elle avait sans doute mal quelque part car elle se plaignait beaucoup (bruit très étrange qui a depuis cessé). D’ailleurs, ça me fait penser que je lui avais promis une petite révision si elle tenait bon : promis Georgette, la semaine prochaine je t’emmène voir le docteur !

Lorsque l’on assemble des mètres et des mètres ensemble, on est plus du tout au millimètre près comme lorsque l’on se coud une petite trousse. On est plutôt à 15 centimètres près : c’était assez déstabilisant au début !

 

Georgette en pleine action

En tout cas ce fut un très bon moment, on a bien yourté et bien rigolé, merci !

Pour plus de photos et de détails techniques sur la fabrication de la toile intérieure, c’est par ici.
Et pour plus d’informations sur la construction d’une yourte en général, c’est par là.

En plus, comme on a bien travaillé avec Georgette et que l’une d’entre nous a fêté son anniversaire juste après le week-end yourte, on a eu des petits cadeaux !
Encore merci, on a hâte d’utiliser le jaune moutarde en surpiqûres !

cadeaux yourte

Lingettes démaquillantes lavables.

Dans la hotte de mère noël, il y avait des lingettes démaquillantes pour ma maman !
Dimensions marge de couture comprise (largeur du pied de biche) :
– un carré de 12 cm de côté pour les lingettes
– un carré de 13,5 cm de côté pour le fond de mon panier
– hauteur total du panier : 16,5 cm.

Comme d’habitude, je fais avec ce que j’avais en stock mais le jour où je n’aurai plus de tissu éponge à recycler, je lirai ces deux articles et choisirai un tissu plus adapté.

Des pompoms pour les petons.

Laine venant principalement d’un vieux pull bleu que j’avais détricoté l’hiver dernier. Les autres couleurs viennent d’un carton à laine que j’avais acheté en brocante à mes débuts : un carton avec toutes les fins de pelotes d’une dame !

Pour faire plein de pompoms « rapidement », j’ai suivi cette fabuleuse idée (en faisant des espacement de 6,5 cm). Le temps passé m’a, malgré tout, paru une éternité.

Mais comme disait Monsieur Baubry quand j’étais en CM2 :

« Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que
rage. »

La laine n’est que de récupération mais j’ai quand même acheté un bout de canevas à gros trous (environ 5 euros) pour fixer le tout plus facilement. J’ai fait des petits nœuds partout et j’ai ensuite badigeonné chaque nœud de colle chaude histoire d’être bien sûre que ça ne se détache pas de si tôt !