A l’heure du thé.

Un pique-épingles en forme de théière pour l’anniversaire de Christelle.

Tuto pris sur Join the Mood.

Pincushion tea

Comme vous le constaterez, niveau choix de couleurs je n’ai pas été très imaginative !…

Pas mal de couture à la main mais je m’attendais à pire. Je n’ai apporté aucune modification au tuto d’origine si ce n’est un cercle en carton plus grand que ce qui était préconisé.

Pour bien gratter, sans gratter les fonds de tiroirs.

En guitare classique, on doit tout le temps limer et polir nos ongles de la main droite. On utilise des petits bouts de papier abrasif très fins qu’on laisse ensuite traîner dans nos poches, sur les pupitres, dans nos sacs, près du téléphone, devant l’odinateur… Bref, partout.

Et ensuite, aussi improbable que cela puisse paraître, quand on en cherche : on doit retourner nos poches, chercher sous les meubles, retourner nos sacs, vider les tiroirs… Bref !

Mes petites corbeilles en crochet servent déjà à en stocker à divers endroit de la maison mais il fallait en plus une solution nomade.

En ce qui me concerne, j’utilise la petite pochette lapin de Séverine mais pour monsieur il en fallait une plus « discrète » :

Vous vous en doutez mais à mon grand désespoir, je n’ai pas eu le droit de broder « Mes petits papiers à ongles » dessus…

Week-end insolite.

Georgette et moi on a participé, le temps d’un week-end, à la fabrication de la toile intérieure d’une yourte (The yourte).

Bobi aussi était de la partie !

Bobi aussi était de la partie !

Georgette a avalé des mètres et des mètres de tissu tout le week-end. L’atelier n’était pas chauffé mais elle a tenu bon !
Elle nous a fait un peu peur, elle avait sans doute mal quelque part car elle se plaignait beaucoup (bruit très étrange qui a depuis cessé). D’ailleurs, ça me fait penser que je lui avais promis une petite révision si elle tenait bon : promis Georgette, la semaine prochaine je t’emmène voir le docteur !

Lorsque l’on assemble des mètres et des mètres ensemble, on est plus du tout au millimètre près comme lorsque l’on se coud une petite trousse. On est plutôt à 15 centimètres près : c’était assez déstabilisant au début !

 

Georgette en pleine action

En tout cas ce fut un très bon moment, on a bien yourté et bien rigolé, merci !

Pour plus de photos et de détails techniques sur la fabrication de la toile intérieure, c’est par ici.
Et pour plus d’informations sur la construction d’une yourte en général, c’est par là.

En plus, comme on a bien travaillé avec Georgette et que l’une d’entre nous a fêté son anniversaire juste après le week-end yourte, on a eu des petits cadeaux !
Encore merci, on a hâte d’utiliser le jaune moutarde en surpiqûres !

cadeaux yourte

Marrakech.

Toujours pour Noël, il y avait dans ma hotte, le jeu de société Marrakech.

Si vous aussi vous « succombez aux charmes de l’orient », il vous faudra :
– 6 feutrines de couleurs différentes pour découper les tapis ainsi que les pièces de monnaie,
– 1 plaque de feutre de 2mm d’épaisseur mesurant 30cm par 30cm pour le plateau de jeu,
– du fil à coudre contrastant avec la plaque de feutre pour former les cases du plateau de jeu,
– un crayon indélébile fin (ex : marqueur permanent pour CD) pour écrire la valeur des pièces de monnaie,
– un peu d’imagination et de récupération.

Le plateau de jeu :
Chaque case mesure ici 3 cm de côté. Comme la craie sur du feutre ça ne fonctionne pas, coller du masking tape le long des endroits à quadriller permet de coudre bien droit. C’est le scotch idéal : ça colle suffisamment pour ne pas que ça bouge mais pas assez pour abîmer le feutre.
Pour faire les arrondis du plateau de jeu, si c’est trop dur à la machine à coudre (tel fut mon cas), des petits points de blanco ou de feutre indélébile (selon la couleur du support) c’est parfait.

Attraper ensuite ciseaux, feutrines et COURAGE :
– Couper des tapis de 3cm par 6 cm : 15 de chaque couleur (4 couleurs), soit 60 tapis.
– Couper ensuite des pièces de monnaie de 2,5 cm de diamètre (gabarit d’une bobine, c’est plus simple) : 20 de chaque couleur (2 couleurs), soit 40 pièces.

Assam, l'original.

Assam, l’original.

Après ce gros travail alliant patience et redondance, vous vous dites que le plus dur est derrière vous. Et bien non ! Maintenant il faut trouver un moyen de fabriquer Assam, le pion marchand.

Là, je laisse libre cours à votre imagination. Voici mes déboires : j’ai tout d’abord tenté une recette de pâte autodurcissante : impossible de faire un truc correct sans que ça s’effrite…
J’ai ensuite tenté la bonne vieille recette de pâte à sel. Un peu de cacao pour le corps et 2 graines de sarrasin pour les boutons. Le résultat était impeccable !…avant de passer au four. Mes 3 Assam en sont ressortis tout craquelés (oui, 3 car j’ai construit trois jeux en même temps). Le lendemain, 2 d’entre eux ont été décapités rien qu’en les touchant et voici la trogne du survivant…

...qui a connu le même sort que ses frères peu de temps après.

…qui a connu le même sort que ses frères peu de temps après.

Allant de catastrophe en catastrophe, j’ai résolu mon problème en coupant un bouchon de bouteille :

Une autre alternative est d’utiliser un vieux pion de « petits chevaux » : moins de souci.

Une fois que tout ça est fait, il ne reste plus qu’à faire un petit pochon pour ranger nos précieuses pièces en feutrine :


Comme j’ai fait 3 Marrakech pour Noël (c’est assez violent, je déconseille de découper les 300 pièces de feutrine la même semaine), j’ai pu testé 3 sortes de pochon :
– la petite bourse de chez Atelier de Kitty,
– un pochon de chez A spoon full of sugar,
– un petit sac à base ronde de chez Mama Finch.

J’ai une grosse préférence pour le pochon du milieu (A spoon full of sugar) qui est très rapide à coudre et pratique à utiliser.

La médaille d’argent reviendrait au pochon de chez Mama Finch, celui qui est donc tout à droite (mince, j’aurai dû faire une photo respectant l’ordre du podium, quelle bleue) : il est tout aussi pratique d’utilisation mais moins rapide à coudre.

Comparée aux deux autres, la bourse est carrément moins pratique d’utilisation, elle ne mérite même pas la médaille en chocolat.

Sinon, pour la broderie, j’ai utilisé cette image.

Voilà, il ne vous reste plus qu’à trouver un vieux dé, lire la règle du jeu et c’est parti !

Pour ceux qui ont reçu ce jeu en cadeau de Noël, l’article s’arrête ici car ma dernière phrase casse un peu la magie de Noël !

idée cadeau noël fait main


Compter 9 euros pour faire 3 jeux, de la patience et un peu d’huile de coude !

Quarto.

L’an dernier, Papa Noël avait apporté un jeu en bois fait maison à plusieurs membres de la famille. Le jeu s’appelle Quarto et nécessitait un petit pochon pour ranger toutes les pièces. Un an plus tard, je m’y suis enfin attelée !

J’ai utilisé deux patrons histoire de varier les plaisirs :
pretty drawstring pouch de a spoon full of sugar que j’ai agrandi de quelques centimètres.
– et little bag of secret de chez mamafinch.

Il avait aussi apporté un autre jeu fait-maison : quoridor mais on va dire que les pièces se rangent naturellement dans les fentes pour celui-ci !

Lingettes démaquillantes lavables.

Dans la hotte de mère noël, il y avait des lingettes démaquillantes pour ma maman !
Dimensions marge de couture comprise (largeur du pied de biche) :
– un carré de 12 cm de côté pour les lingettes
– un carré de 13,5 cm de côté pour le fond de mon panier
– hauteur total du panier : 16,5 cm.

Comme d’habitude, je fais avec ce que j’avais en stock mais le jour où je n’aurai plus de tissu éponge à recycler, je lirai ces deux articles et choisirai un tissu plus adapté.

Cosy Sweet Boudoir, version adulte.

Patron pour enfant et bébé de Vanessa Pouzet que j’ai ici adapté pour taille adulte.

J’ai longuement hésité sur un point : poser l’élastique dans le dos comme indiqué sur le patron (logique car c’est un vêtement pour enfant… et un enfant, ça grandit vite) ou couper quelque chose d’ajusté et placer une fermeture éclair invisible (chose encore jamais faite).
J’ai finalement opté pour la version élastique car en ajustant j’avais peur de perdre l’effet « romantico-bouffant-volanté » et aussi parce que, avouons-le, Georgette et moi n’avions pas envie de relever trop de défis dans ce patron.

Je suis partie de la taille 11/12 ans dessinée par Vanessa Pouzet et j’ai ajouté 3 cm partout sauf devant où j’ai dû faire différemment : 3 cm au niveau des jambes et de l’entrejambe mais 0 cm au niveau de la taille que j’ai fait rejoindre par une diagonale. (sans cette bidouille, mon vêtement baillait. Ce qui est plutôt bon signe : je n’ai plus le ventre bien rond que l’on a enfant !)
Avec cette petite bidouille au niveau du devant, j’ai donc également dû redessiner les pinces pour qu’elles suivent cette fameuse diagonale.
J’ai ensuite décidé de sauvagement couper 3,5 cm en haut car c’était un peu trop taille haute à mon goût.

Mon tissu étant épais (une sorte de fin velours non côtelé récupéré chez mémé), j’ai suivi les instructions du Cosy Boudoir.

Et puis, l’idée des bretelles m’a vite traversé l’esprit. J’avais récupéré dans les affaires de maman 3 boucles pour bretelles à boutons.

Mes bretelles ne sont pas réglables car je n’avais pas de boucles de réglage ni de croisillon mais ce n’est pas grave, elles n’iront qu’avec ce short ! (et puis coudre des boutons sur tous mes vêtements ne me serait, de tout façon, pas venu à l’esprit !)
Pour la partie du dos, j’ai mis un élastique à l’intérieur du tissu comme c’est expliqué dans cette vidéo (à partir de 3:57). ça permet aux bretelles de mieux suivre nos mouvements.

Le short est chaud et confortable. Et si il y a des jours où je ne suis pas d’humeur à assumer pleinement mes bretelles, l’option « sans rien » est carrément passe-partout.

Par contre l’option ceinture est vraiment ridicule !

Du green pour Claudine.

J’aime bien ces deux hauts que j’avais achetés lors d’une vente d’échantillons de la Fiancée du Mékong :

reproduire haut fiancée mékong

Pour les reproduire, j’ai fait des petits trous (non sans penser à lui ! )

Et voilà le rendu :

économiser tissus pour haut

Dur dur de faire la correspondance !

Je suis contente du résultat ! C’était plutôt mal parti au début car le coupon que j’avais en stock avait déjà servi pour d’autres choses, il était donc découpé à divers endroits… Pour palier au manque de tissus, j’ai fait une croix sur l’idée d’avoir des manches longues et j’ai fait un dos en trois parties comme là >>

Mon tissu vient de chez Tissu Myrtille. Je l’ai acheté l’hiver dernier et il ne me reste plus une seule miette.

J’aime beaucoup les manches qui se ferment comme des boutons de manchettes :

encolure dos ratéeSinon, j’ai un peu raté mon ouverture du dos, j’ai posé un biais mais ça rebiquait donc j’ai dû faire un petit point pour que ça reste « plat » >>

Mon tissu était plus épais que celui que je recopiais donc une fente était tout simplement une mauvaise idée ? Ou c’est le biais le problème ?

Sur le haut d’origine, c’est comme ça :dos haut fiancée mékongA y regarder de plus près, j’ai l’impression que le biais est posé comme une parmenture. Serait-ce la solution ?

Bluesy Blouse.

Modèle de base : style 3 du livre Blouses, jupes et pantalons : Carnet de styles de Keiko Nonaka.
J’ai un peu modifié le patron :
– je trouvais le modèle trop évasé, j’ai donc pas mal recoupé le devant et le derrière pour avoir un vêtement plus près du corps.
– j’ai un peu creusé le col et j’ai enlevé l’empiècement qui pouvait se faire avec un autre tissu.
– et pour finir, les bandelettes pour coulisses aux manches devaient être à l’intérieur mais je voulais faire ressortir un petit ruban avec des perles, je les ai donc placé à l’extérieur.

Mon crédo du moment étant de rien acheter j’ai fait avec ce que j’avais : un petit ruban turquoise pour resserrer les manches aurait été le bienvenu mais tant pis, du noir avec des petites perles ça marche aussi !

Une rentrée en amoureux.

L’homme n’avait qu’une requête : « un truc qui fasse homme. »

En ce qui me concerne, la couverture de mon agenda se devait être la plus fine possible pour pouvoir se glisser dans mon sac à main déjà saturé…

Mais j’ai bien failli avoir un petit moment d’égarement lorsque je suis tombée sur ce bel agenda matelassé, passepoilé avec patte en cuir à pression étoile