LA salopette.

Bien que vous ne puissiez le voir, sur la photo, je souris ! Mais en réalité ce fut un gros projet boulet.

Certes, je m’attaquais à gros : une salopette c’est plus la petite bidouille du dimanche après-midi…
Le patron est tiré du magazine Fashion Style n°2 que j’avais acheté tout spécialement pour elle. C’était en printemps 2015, j’étais jeune et inconsciente.

dungarees-backSans surjeteuse ni même une aiguille double je savais que ça allait être long. Surtout quand on voit le nombre de surpiqûres qu’il y a sur une salopette.

J’ai dû apporter teeeellement de modifications au patron initial que je suis incapable de la refaire, cette fichue salopette.

Je vois maintenant l’intérêt de faire une toile au préalable, histoire de savoir ce que l’on veut retoucher. Quoiqu’au vu du nombre de retouches que j’ai dû faire, j’aurais sans doute jeté l’éponge au milieu de ma toile. Alors que là, j’ai tenu bon !

Dans les grandes lignes (vraiment grandes) j’ai changé :
– tout le système de fermeture sur les côtés : deux zips plutôt que des boutons ainsi que la ceinture car je ne comprenais rien au patron,
– le dos est plus creusé que sur la patron initial,
– rien n’est entoilé,
– j’ai rallongé la longueur des jambes et des bretelles.

boutons-salopetteDans ma boîte aux merveilles j’avais déjà deux jeux de boutons à jean. Normalement on pose ce genre de bouton avec un outil de pose. Mais avec un marteau et beaucoup de tissu pour protéger les boutons ça fonctionne. Il suffit de tapoter doucement au début pour ne pas tordre la petite pointe.

Quand je me suis attaquée à elle j’avais plein d’idées pour la rendre rigolote cette salopette : des poches arrière en forme de nuages, des broderies sur la poche avant, bref ça fourmillait sec ! Mais après m’être heurtée aux 40 premières difficultés j’ai commencé à déchanter, à la laisser dans un coin, à la mépriser, à la détester.
Je me suis remotivée plusieurs fois mais l’objectif n’était plus de la rendre rigolote avec des broderies ou autres, c’était juste d’en finir !

Mais j’en suis venue à bout ! Elle est confortable, mes surpiqûres sont relativement droites et je l’aime d’amour !

J’ai été bavarde et j’ai mis plein de photos : je pense que c’est proportionnel au temps passé dessus.

5 réflexions sur “LA salopette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *