Bagues pique-aiguilles #2.

D’après l’idée de I always pick the thimble.

Très facile à faire : un bague, une balle de laine feutrée et de la colle !
Mais j’ai quand même réussi à avoir des péripéties à chaque étape :
– La bague : je n’ai pas trouvé mieux mais l’idéal, si on arrive à en dégoter, est d’utiliser une bague où les bords remontent un peu, comme dans le modèle : ça cache les petits résidus de colle qui débordent.
– La balle de laine feutrée : je ne trouvais que des perles de laine feutrée il y avait donc un trou qui traversait la balle et en prime, le diamètre était toujours trop gros. J’en ai quand même pris 2 et j’ai coupé un peu ces perles pour ensuite les remodeler à l’aide d’un peu d’eau chaude et de savon noir : ça marche du tonnerre.
– La colle : comme à chaque fois que je veux qu’un truc tienne, je sors mon pistolet à colle chaude. Et bien sachez que c’est inutile voir contre-productif : la colle forme une pastille sur la balle de laine feutrée et onpincushion ring ialwayspickthethimble ne peut l’enlever qu’en redonnant un coup de ciseau dans la balle.
Je me suis ensuite souvenue que j’avais de la colle à bijou « Hasulith » : ça n’a pas fonctionné non plus mais ce fut moins dévastateur qu’avec la colle chaude. Pour finir, la bonne vieille colle Universelle : Eurêka, résultat impeccable !

Je suis contente du résultat mais finalement, je préfère toujours ma première bague.

 

DIY : Fabriquer un carnet accordéon.

Matériels nécessaires :
– 8 feuilles de papier A4 classique.
– du carton rigide (type calendrier commercial)
– de la colle classique (type uhu)
– 2 bouts de tissus de 14cm x 15cm
– un ruban d’environ 35cm
– 2 perles

Les étapes :

pas à pas carnet accordéon1) Découper chaque feuille de papier en deux dans le sens de la longueur. Nous obtenons 16 bandes de 10,5cm par 29,7cm.

2) Plier ces bandes en accordéon de façon à avoir des côtés de 9cm. Il reste alors un petit surplus de 2,7cm. Ne pas le couper, il va nous servir à assembles les pages entres elles.

3) Coller les pages les unes aux autres à l’aide de ce petit surplus.

pas à pas carnet accordéon24) Découper, dans le carton rigide, deux rectangles de 10,8cm par 11,3cm puis coller les deux bouts de tissus dessus en dégageant les coins pour éviter qu’il n’y ait trop d’épaisseur.

5) Coller les pages à la couverture sans oublier le ruban.

6) Enfiler les perles pour faciliter la fermeture à coulisse :

Fabriquer un carnet.

Idée trouvée Dans ma petite roulotte qui avait suivi ce tuto de chez James Darrow.

Voici ce que j’ai fait en quelques mots :
– J’ai pris 8 feuilles de papier Canson 24cm x 32cm de 180g/m².
– Je les ai coupées en 3 pour obtenir 3 bandes de 24cm x 10,6cm que j’ai ensuite plié en deux. J’en ai obtenu 24.
– Ensuite, j’ai fait 8 paquets de plusieurs feuilles imbriquées les unes dans les autres (j’ai fait des paquets de 3 feuilles) que j’ai tissé en regardant bien cette image :

Lorsque l’on veut tisser un 5ème paquet, il suffit de re-regarder la 3ème étape. Puis pour le 6ème paquet, il faut re-regarder la 4ème étape. Et ainsi de suite : pour un 7ème paquet, on re-regarde la 3ème étape, etc.

J’ai utilisé du fil de lin trouvé en brocante, un dur à cuire.

Après avoir tissé, on regarde les photos de Chlouwy et de James Darrow et on fait pareil : On colle, on attend que ça sèche, on recolle un truc, on attend que ça sèche, etc. Je n’avais pas de colle forte, j’ai utilisé un vieux stick uhu mais je pense que de la colle à la farine serait quand même plus efficace.

Concernant la couverture rigide, j’ai utilisé du carton de « calendrier sous-main ». Pas facile à couper mais bien résistant. Mon tissu vient de chez Papa Pique et Maman Coud, le destockage où j’ai été il y a 2 ans !

Pour la couverture intérieure, j’ai utilisé mes petits tampons de voyage histoire de rester dans le thème.carnet fermeture lacet

Pour fermer le carnet, j’ai utilisé une cordelette, ça fonctionne à merveille mais c’est pas très joli vu de l’intérieur >>>

Un ruban serait plus judicieux.

 
Dimension finale du carnet : un peu moins de 13cm de haut.

Lance-pompons

Lance-pierre fait-maison avec pompons !

DIY toy childPour fabriquer beaucoup de pompons en un temps record, j’ai utilisé cette superbe idée qui m’avait déjà été bien utile lors de la fabrication de mon tapis.

Il s’agit toujours de laines récupérées à droite / à gauche. Le simili cuir vient de l’ancien canapé de mes parents (vu la quantité que j’ai en stock, vous n’avez pas fini de le voir), les tissus africains toujours de chez tata et le bout de bois, de la forêt voisine.

 

J’ai bien aimé fabriqué ce petit engin et n’ai qu’un regret : l’étiquette du pochon aurait été plus chouette en forme de nuage.

Assam, le pion marchand.

Lorsque j’ai fabriqué les jeux de sociétés Marrakech pour Noël, la partie « fabrication du pion » avait été on ne peut plus épique. Si bien que 5 mois plus tard, me revoilà encore pour parler de lui.

Après avoir échangé quelques mots avec Cécile sur sa pâte autodurcissante j’ai retenté l’expérience.

Mon constat est bien plus positif qu’en décembre :
J’ai trois pions qui tiennent debout et qui ne sont ni décapités ni coupés en deux.
Ils sont manchots, certes, mais ça c’est par choix.

En décembre, je n’avais pas réussi à faire mes pions avec la pâte autodurcissante car la pâte s’effritait.
Lorsque j’ai retenté l’expérience -cette fois-ci au bain-marie-, ça s’effritait toujours autant mais j’ai été plus patiente…
rafiki

A force de manipuler la pâte j’ai compris qu’elle ne s’effritait que si je la roulais entre mes deux paumes de mains pour avoir une boule (même si je roulais très délicatement). Par contre, si je n’utilisais que mes bouts de doigts pour former et déformer la pâte (tapoter, lisser, etc) ça ne s’effritait pas : plus long mais efficace.

Finalement, je n’ai pas mieux maîtrisé la recette et je ne pense pas que l’avoir fait au bain-marie la seconde fois ai changé quelque chose mais la patience a joué son rôle (merci Monsieur Baubry).
La pâte est vraiment agréable au toucher et le rendu est top. Je ne sais toujours pas peindre mais ça c’est un détail.

Papaye l’épouvantail.

petit épouvantail fait main

Mini épouvantail en tissu, laine, feutrine et raphia.
Papaye semble faire plus de câlins que de grimaces mais c’est qu’il débute dans le métier.

mini scarecrow handmade

Niveau tuto, je me suis inspiré chez Melzamelo.

Par contre, pour le chapeau, Papaye voulait un truc plutôt à la mode anglaise :
kate vs papaye
fabric, thin felt, raffia
C’est pour ça qu’on a cette impression de disproportionnalité entre le chapeau et sa tête.
Quant à savoir comment il fait pour tenir, du fil et une aiguille on fait des merveilles sur Papaye. En ce qui concerne Kate, je ne saurais vous répondre…

Marrakech.

Toujours pour Noël, il y avait dans ma hotte, le jeu de société Marrakech.

Si vous aussi vous « succombez aux charmes de l’orient », il vous faudra :
– 6 feutrines de couleurs différentes pour découper les tapis ainsi que les pièces de monnaie,
– 1 plaque de feutre de 2mm d’épaisseur mesurant 30cm par 30cm pour le plateau de jeu,
– du fil à coudre contrastant avec la plaque de feutre pour former les cases du plateau de jeu,
– un crayon indélébile fin (ex : marqueur permanent pour CD) pour écrire la valeur des pièces de monnaie,
– un peu d’imagination et de récupération.

Le plateau de jeu :
Chaque case mesure ici 3 cm de côté. Comme la craie sur du feutre ça ne fonctionne pas, coller du masking tape le long des endroits à quadriller permet de coudre bien droit. C’est le scotch idéal : ça colle suffisamment pour ne pas que ça bouge mais pas assez pour abîmer le feutre.
Pour faire les arrondis du plateau de jeu, si c’est trop dur à la machine à coudre (tel fut mon cas), des petits points de blanco ou de feutre indélébile (selon la couleur du support) c’est parfait.

Attraper ensuite ciseaux, feutrines et COURAGE :
– Couper des tapis de 3cm par 6 cm : 15 de chaque couleur (4 couleurs), soit 60 tapis.
– Couper ensuite des pièces de monnaie de 2,5 cm de diamètre (gabarit d’une bobine, c’est plus simple) : 20 de chaque couleur (2 couleurs), soit 40 pièces.

Assam, l'original.

Assam, l’original.

Après ce gros travail alliant patience et redondance, vous vous dites que le plus dur est derrière vous. Et bien non ! Maintenant il faut trouver un moyen de fabriquer Assam, le pion marchand.

Là, je laisse libre cours à votre imagination. Voici mes déboires : j’ai tout d’abord tenté une recette de pâte autodurcissante : impossible de faire un truc correct sans que ça s’effrite…
J’ai ensuite tenté la bonne vieille recette de pâte à sel. Un peu de cacao pour le corps et 2 graines de sarrasin pour les boutons. Le résultat était impeccable !…avant de passer au four. Mes 3 Assam en sont ressortis tout craquelés (oui, 3 car j’ai construit trois jeux en même temps). Le lendemain, 2 d’entre eux ont été décapités rien qu’en les touchant et voici la trogne du survivant…

...qui a connu le même sort que ses frères peu de temps après.

…qui a connu le même sort que ses frères peu de temps après.

Allant de catastrophe en catastrophe, j’ai résolu mon problème en coupant un bouchon de bouteille :

Une autre alternative est d’utiliser un vieux pion de « petits chevaux » : moins de souci.

Une fois que tout ça est fait, il ne reste plus qu’à faire un petit pochon pour ranger nos précieuses pièces en feutrine :


Comme j’ai fait 3 Marrakech pour Noël (c’est assez violent, je déconseille de découper les 300 pièces de feutrine la même semaine), j’ai pu testé 3 sortes de pochon :
– la petite bourse de chez Atelier de Kitty,
– un pochon de chez A spoon full of sugar,
– un petit sac à base ronde de chez Mama Finch.

J’ai une grosse préférence pour le pochon du milieu (A spoon full of sugar) qui est très rapide à coudre et pratique à utiliser.

La médaille d’argent reviendrait au pochon de chez Mama Finch, celui qui est donc tout à droite (mince, j’aurai dû faire une photo respectant l’ordre du podium, quelle bleue) : il est tout aussi pratique d’utilisation mais moins rapide à coudre.

Comparée aux deux autres, la bourse est carrément moins pratique d’utilisation, elle ne mérite même pas la médaille en chocolat.

Sinon, pour la broderie, j’ai utilisé cette image.

Voilà, il ne vous reste plus qu’à trouver un vieux dé, lire la règle du jeu et c’est parti !

Pour ceux qui ont reçu ce jeu en cadeau de Noël, l’article s’arrête ici car ma dernière phrase casse un peu la magie de Noël !

idée cadeau noël fait main


Compter 9 euros pour faire 3 jeux, de la patience et un peu d’huile de coude !

Poésie de papier.

Weekend prolifique avec Séverine !

La bague pique-aiguilles.

Pratique, joli et rapide à faire !
Tuto trouvé chez Julie Adore.
Je n’avais pas de bague à trous mais une vieillerie cassée et un peu de colle chaude, ça marche aussi !

Le sous-plateau.

Notre table basse étant rudimentaire, petite et souvent encombrée, nos pauvres pieds ne pouvaient jamais se prélasser dessus sans s’être d’abord déplacés pour en vider le contenu… (« Oh, les pauuuvres » soupira Cosette).
Un sous-plateau s’imposait donc !

J’avais ensuite le choix entre :
– Aller dehors pour poncer mes arrêtes, poser du papier kraft, fabriquer de la colle, poser du papier népalais, attendre que ça sèche, vitrifier et attendre encore que ça sèche.
– Ou…