Alternative au film étirable.

Les couvercles en tissu sont une bonne alternative au film étirable.

Il suffit de couper un rond de tissu, de poser un biais et de passer un élastique à l’intérieur de ce biais.

J’ai fait trois couvercles :
– un pour le mélange de céréales du matin,
– un pour les petits creux (fruits secs, graines,…)
– et un qui ne sert que ponctuellement pour protéger une fin de gâteau, de crumble ou autres mets délicats.

Depuis que j’utilise ces couvercles en tissus, je n’ai constaté aucun changement gustatif. Mais ce qu’ils renferment est tellement convoité que ça n’a peut-être pas le temps de se perdre !

se-separer-du-film-etirableJ’ai lu que si on voulait recréer l’effet collant du film étirable, il fallait passer le tissu au four avec de la cire d’abeille. Je n’ai pas encore tenté l’expérience mais je garde l’idée en tête pour les prochains couvercles !

Pour les étiquettes, j’ai utilisé de la peinture à tissu, c’était mon premier essai et je n’avais pas de pinceau : j’ai utilisé une mine de crayon de bois… Mais je suis quand même contente du résultat !

Tampons cinéma.


Une petite série de gravures sur le thème du cinéma.

Je sais, il faut vraiment que je m’achète des encriers dignes de ce nom… Je vous vois plisser des yeux.

gommes-a-graver-gouges

J’en ai profité pour tester un peu mes nouvelles gouges : mon papa avait gratté ses fonds de tiroirs pour me trouver ces petites merveilles !

Le tout placé dans une jolie boîte trouvée en brocante :

stamp-carving

Oui, j’ai un peu galéré avec cette gomme en forme de prisme triangulaire…

Coudre un drap-housse.

Dans le genre moche mais efficace, je vous présente le drap-housse.

C’est loin d’être palpitant à faire mais c’est rapide et utile !

On me donne beaucoup de tissus depuis que je couds. Dans le lot il y a beaucoup de drap blanc. Je préfère ne pas compter mais à vue de nez je dirais que je n’ai pas loin d’1 km² de drap blanc, héhé !

Compter 1,5 draps classiques pour 1 drap-housse :

J’ai regardé cette vidéo avant de commencer à coudre. Sauf que je n’ai fait aucune mesure : Pour être sûre que ça fonctionne, j’ai préféré épingler mes angles à même le matelas (en posant l’endroit du drap contre le matelas) et puis aussi, soyons honnêtes, parce que je trouve ça pénible de mesurer quelque chose au-delà de 2 mètres…

LA salopette.

Bien que vous ne puissiez le voir, sur la photo, je souris ! Mais en réalité ce fut un gros projet boulet.

Certes, je m’attaquais à gros : une salopette c’est plus la petite bidouille du dimanche après-midi…
Le patron est tiré du magazine Fashion Style n°2 que j’avais acheté tout spécialement pour elle. C’était en printemps 2015, j’étais jeune et inconsciente.

dungarees-backSans surjeteuse ni même une aiguille double je savais que ça allait être long. Surtout quand on voit le nombre de surpiqûres qu’il y a sur une salopette.

J’ai dû apporter teeeellement de modifications au patron initial que je suis incapable de la refaire, cette fichue salopette.

Je vois maintenant l’intérêt de faire une toile au préalable, histoire de savoir ce que l’on veut retoucher. Quoiqu’au vu du nombre de retouches que j’ai dû faire, j’aurais sans doute jeté l’éponge au milieu de ma toile. Alors que là, j’ai tenu bon !

Dans les grandes lignes (vraiment grandes) j’ai changé :
– tout le système de fermeture sur les côtés : deux zips plutôt que des boutons ainsi que la ceinture car je ne comprenais rien au patron,
– le dos est plus creusé que sur la patron initial,
– rien n’est entoilé,
– j’ai rallongé la longueur des jambes et des bretelles.

boutons-salopetteDans ma boîte aux merveilles j’avais déjà deux jeux de boutons à jean. Normalement on pose ce genre de bouton avec un outil de pose. Mais avec un marteau et beaucoup de tissu pour protéger les boutons ça fonctionne. Il suffit de tapoter doucement au début pour ne pas tordre la petite pointe.

Quand je me suis attaquée à elle j’avais plein d’idées pour la rendre rigolote cette salopette : des poches arrière en forme de nuages, des broderies sur la poche avant, bref ça fourmillait sec ! Mais après m’être heurtée aux 40 premières difficultés j’ai commencé à déchanter, à la laisser dans un coin, à la mépriser, à la détester.
Je me suis remotivée plusieurs fois mais l’objectif n’était plus de la rendre rigolote avec des broderies ou autres, c’était juste d’en finir !

Mais j’en suis venue à bout ! Elle est confortable, mes surpiqûres sont relativement droites et je l’aime d’amour !

J’ai été bavarde et j’ai mis plein de photos : je pense que c’est proportionnel au temps passé dessus.

Bib bloomer.

Petit ensemble cousu pour une petite Maëlys !

Le bloomer est un patron gratuit disponible sur Petit Citron et le bavoir vient de chez La Sauvage auquel j’ai ajouté un col claudine réversible : explications ici.

Bagues pique-aiguilles #2.

D’après l’idée de I always pick the thimble.

Très facile à faire : un bague, une balle de laine feutrée et de la colle !
Mais j’ai quand même réussi à avoir des péripéties à chaque étape :
– La bague : je n’ai pas trouvé mieux mais l’idéal, si on arrive à en dégoter, est d’utiliser une bague où les bords remontent un peu, comme dans le modèle : ça cache les petits résidus de colle qui débordent.
– La balle de laine feutrée : je ne trouvais que des perles de laine feutrée il y avait donc un trou qui traversait la balle et en prime, le diamètre était toujours trop gros. J’en ai quand même pris 2 et j’ai coupé un peu ces perles pour ensuite les remodeler à l’aide d’un peu d’eau chaude et de savon noir : ça marche du tonnerre.
– La colle : comme à chaque fois que je veux qu’un truc tienne, je sors mon pistolet à colle chaude. Et bien sachez que c’est inutile voir contre-productif : la colle forme une pastille sur la balle de laine feutrée et onpincushion ring ialwayspickthethimble ne peut l’enlever qu’en redonnant un coup de ciseau dans la balle.
Je me suis ensuite souvenue que j’avais de la colle à bijou « Hasulith » : ça n’a pas fonctionné non plus mais ce fut moins dévastateur qu’avec la colle chaude. Pour finir, la bonne vieille colle Universelle : Eurêka, résultat impeccable !

Je suis contente du résultat mais finalement, je préfère toujours ma première bague.

 

DIY : Fabriquer un carnet accordéon.

Matériels nécessaires :
– 8 feuilles de papier A4 classique.
– du carton rigide (type calendrier commercial)
– de la colle classique (type uhu)
– 2 bouts de tissus de 14cm x 15cm
– un ruban d’environ 35cm
– 2 perles

Les étapes :

pas à pas carnet accordéon1) Découper chaque feuille de papier en deux dans le sens de la longueur. Nous obtenons 16 bandes de 10,5cm par 29,7cm.

2) Plier ces bandes en accordéon de façon à avoir des côtés de 9cm. Il reste alors un petit surplus de 2,7cm. Ne pas le couper, il va nous servir à assembles les pages entres elles.

3) Coller les pages les unes aux autres à l’aide de ce petit surplus.

pas à pas carnet accordéon24) Découper, dans le carton rigide, deux rectangles de 10,8cm par 11,3cm puis coller les deux bouts de tissus dessus en dégageant les coins pour éviter qu’il n’y ait trop d’épaisseur.

5) Coller les pages à la couverture sans oublier le ruban.

6) Enfiler les perles pour faciliter la fermeture à coulisse :

Porte-clefs-range-médiators.

Pour en avoir toujours un sur soi !

Idée trouvée chez Damn Good Caramel.

Défi couture homme.

En me baladant sur thread&needles, je suis tombée sur cette conversation. L’idée : on coud peu pour nos hommes donc on se motive avec un petit défi.

J’ai donc été sur le blog de Nabel pour m’inscrire. Date butoir annoncée : 10 juillet.

C’est parti !

Monsieur porte beaucoup de T-shirt à manches longues : été comme hiver. Pourtant, il n’en possède pas des masses et surtout, il n’en aime que 2, dont celui-ci :

reproduire un Tshirt en couture

Merci H&M.

Fioritures interdites, juste un recopiage pur et simple (même tissu, même coupe) : Il faut conquérir l’homme pas à pas !

Pour tracer mon patron, j’ai procédé de la même façon que pour mon haut Du green pour Claudine : j’ai mis Gainsbourg en boucle et utilisé tout mon stock d’épingles pour faire des petits trous.

Tout a été cousu au point zigzag.
Niveau ourlets, j’ai laissé à vif : j’aime bien quand ça roulotte.

Concernant l’encolure, il a craqué ma surpiqûre droite au premier essayage. Je ne l’ai pas refaite car je n’avais plus de fil bleu. L’encolure est donc elle aussi très minimaliste !

Je suis ravie de ce premier défi : j’ai cousu quelque chose de simple mais enfin pour homme !

Toutes les participations au défi :
* Nabel * Mariquita * 4 bricoles * Le chat et la marmotte * Tiempo Libre * Gwen * Sylvaine * Le rêve de Christelle * Un petit chat gris * Chakikou * Les 4 bobinettes de Fanny * J’peux pas j’ai couture *
Et d’autres qui n’ont pas encore publié mais ça ne devrait plus tarder :
Les créations de Zébulette * Dans le dressing de mes p’tits titis * Dans les tiroirs de Jul’ * Un petit peu de moi * Les couturages de Jul’s *

Fabriquer un carnet.

Idée trouvée Dans ma petite roulotte qui avait suivi ce tuto de chez James Darrow.

Voici ce que j’ai fait en quelques mots :
– J’ai pris 8 feuilles de papier Canson 24cm x 32cm de 180g/m².
– Je les ai coupées en 3 pour obtenir 3 bandes de 24cm x 10,6cm que j’ai ensuite plié en deux. J’en ai obtenu 24.
– Ensuite, j’ai fait 8 paquets de plusieurs feuilles imbriquées les unes dans les autres (j’ai fait des paquets de 3 feuilles) que j’ai tissé en regardant bien cette image :

Lorsque l’on veut tisser un 5ème paquet, il suffit de re-regarder la 3ème étape. Puis pour le 6ème paquet, il faut re-regarder la 4ème étape. Et ainsi de suite : pour un 7ème paquet, on re-regarde la 3ème étape, etc.

J’ai utilisé du fil de lin trouvé en brocante, un dur à cuire.

Après avoir tissé, on regarde les photos de Chlouwy et de James Darrow et on fait pareil : On colle, on attend que ça sèche, on recolle un truc, on attend que ça sèche, etc. Je n’avais pas de colle forte, j’ai utilisé un vieux stick uhu mais je pense que de la colle à la farine serait quand même plus efficace.

Concernant la couverture rigide, j’ai utilisé du carton de « calendrier sous-main ». Pas facile à couper mais bien résistant. Mon tissu vient de chez Papa Pique et Maman Coud, le destockage où j’ai été il y a 2 ans !

Pour la couverture intérieure, j’ai utilisé mes petits tampons de voyage histoire de rester dans le thème.carnet fermeture lacet

Pour fermer le carnet, j’ai utilisé une cordelette, ça fonctionne à merveille mais c’est pas très joli vu de l’intérieur >>>

Un ruban serait plus judicieux.

 
Dimension finale du carnet : un peu moins de 13cm de haut.